Nasrallah met en garde les Etats-Unis : En cas de menaces, « nous riposterons »

11-04-2019

Al-Manar – Commentant la décision des Américains d’inscrire les Gardiens de la révolution islamique en Iran (CGRI) sur leur liste terroriste, le numéro un du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah l’a qualifiée de « décision insolente et idiote », mais « tout-à-fait normale de la part de ce grand Satan », appellation donnée aux Etats-Unis.

Tout en rappelant qu’elle constitue un précédent du fait que les CGRI sont une organisation gouvernementale, il a estimé qu’elle illustre toutefois un aveu de défaite.

« C’est une réaction aux revers subis par les Américains dans la région…Ils voulaient réaliser un grand projet pour remodeler le Moyen-Orient et ils ont été défaits », a-t-il affirmé lors de son discours, ce 10 avril, pour commémorer la Journée des blessés et mutilés de guerre du Hezbollah.

« C’est une preuve supplémentaire que nous sommes puissants et que nous sommes influents, sinon ils ne nous auraient pas sanctionnés, ni ne nous auraient accordé aucune importance, comme ils le font d’ailleurs avec beaucoup de protagonistes dans la région », a-t-il ajouté.

Selon lui, les Gardiens de la révolution occupent la première ligne dans la confrontation contre le projet américano-sioniste soutenu aussi par certains états de la région.

Prévoyant des pressions américaines supplémentaires, Sayed Nasrallah a averti les Américains et leurs sbires que le Hezbollah et les différentes factions de l’Axe de la résistance ne resteront pas indéfiniment les bras croisés, au cas où ces pressions deviennent plus dangereuses.

« Tous les options sont ouvertes… Avec sang-froid et en toute quiétude, lorsqu’il faudra riposter, nous riposterons sans aucune hésitation », a-t-il affirmé.

Signe supplémentaire de l’idiotie de l’administration américaine, selon le chef du Hezbollah, c’est qu’elle a inscrit les Gardiens de la révolution comme organisation terroriste au moment où leurs commandants, leurs officiers et leurs éléments étaient tous descendus sur le terrain et se sont déployés dans toutes les régions, pour porter secours aux sinistrés des inondations qui ont frappé l’Iran ces dernières semaines.

Evoquant la guerre inique contre le Yémen, il s’est posé la question de savoir ce qui aurait advenu si le prince héritier saoudien Mohamad ben Salmane l’avait emportée. « Encore plus arrogant qu’il ne l’est déjà, il aurait été intronisé comme le grand commandant historique de la nation arabe et aurait obligé les Palestiniens à se soumettre au Deal du siècle », a prévenu Sayed Nasrallah.

« La défaite de MBS aux mains des hommes, des enfants et des femmes du Yémen protège al-Quds, la Palestine, la cause palestinienne et toute terre arabe sous occupation et que Trump voudrait offrir à Israël », a-t-il affirmé. Ajoutant que les yéménites défendent également la marge de manœuvre dont disposent les régimes arabes, y compris ceux des pays du Golfe, face à l’emprise de MBS.

Sur le dossier libanais, sayed Nasrallah a mis en garde les Libanais de prêter l’oreille aux appels à la sédition au Liban, émanant des Américains et leurs acolytes.

« Rappelez-vous sans cesse et gardez à l’esprit ce qu’est advenu avec les pays qui nous entourent. Les Américains ont semé la destruction et la désolation partout… Notre salut réside dans notre unité et notre résistance », a-t-il dit. Rappelant les propos du discours du chef du parlement libanais Nabih Berri à Qatar.

Lire la suite sur le site d ‘el-Manar

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun