Tunisie : Les barrages remplis, 1566 millions m3 de réserves en eau jusqu’au 1er février 2019

01-02-2019

Après trois ans de sécheresse, la Tunisie a renoué au cours de la saison 2018/2019 avec une bonne pluviométrie. Les précipitations qui ont été quasi-générales à toutes les régions ont irrigué la terre, verdi les champs, rempli les barrages, et rafraichi l’atmosphère.

Le stress hydrique, une problématique structurelle dans le pays, se pose désormais avec moins d’acuité.

La saison actuelle a été marquée par l’amélioration de la pluviométrie enregistrée dans la plupart des régions du pays, particulièrement au Nord, indique ce jeudi 01 février le ministère de l’Agriculture, de la Pêche et des ressources hydrauliques.

La moyenne a été dépassée dans l’ensemble des gouvernorats, excepté à Kébili, Sfax, Tozeur, Gabès, Sidi Bouzid, Gafsa et Mehdia. Les quantités ont oscillé entre 602 millimètres à Jendouba, et 11 millimètres à Kébili,

Les quantités enregistrées ont atteint 540 millimètres à Bizerte, 474 millimètres à Nabeul, 460 millimètres à Béjà, 330 millimètres au Kef, 319 millimètres au Grand-Tunis, 295 millimètres à Monastir, et 276 millimètres à Zaghouan.

Une pluviométrie record a été enregistrée au cours de la période (1er septembre 2018 – 31 janvier 2019) à Aïn-Draham avec 1103 millimètres, Tabarka avec 858 millimètres (Jendouba), et à Nefza avec 831 millimètres (Béjà).

Ces pluies se sont répercutées positivement sur les barrages, dont les ressources sont passées de 333 millions m3 le 1er février 2018, à 1391 millions m3 le 1er février 2019.

Les réserves hydriques ont, ainsi, augmenté de 725 millions m3 au 1er février 2018 à 1566 millions m3 au 1er février 2019, soit 70 % de la capacité des barrages.

Les ressources se répartissent sur les gouvernorats du Nord (1168 millions m3 contre 315 millions m3 pendant la même période de l’année écoulée), les gouvernorats du centre (140 millions m3 contre 12 millions m3 pendant la même période de l’année écoulée), et le Cap-Bon (83 millions m3 contre 6 millions m3 au cours de la même période de l’année écoulée).

Les barrages ont connu une hausse de leurs réserves en eau, avec un taux de remplissage frôlant parfois les 100 %.
•    Barrage Sidi Salem 66 % (386 millions m3 en 2019, contre 129 millions m3 en 2018),
•    Barrage Sidi el-Barak 98 % (280 millions m3 en 2019, contre 154 millions m3 en 2018)
•    Barrage Sejnane 91 % (131 millions m3 en 2019, contre 53 millions m3 en 2018)
•    Barrage Bouhertma 86 % (87 millions m3 en 2019, contre 51 millions m3 en 2018)
•    Barrage Mellag 62 % (32 millions m3 en 2019, contre 5 millions m3 en 2018)
•    Barrage Nebhana 29 % (17 millions m3 en 2019, contre 4 millions m3 en 2018).

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun