Un fonds d’assurance chômage en réflexion pour les licenciés économiques

25-11-2019

Kamel Madouri, directeur de la sécurité sociale au ministère des Affaires sociales, a indiqué dans une interview accordée à l’agence TAP, que les concertations entre les parties sociales et les représentants des ministères, ont atteint un stade avancé, pour aboutir à la création d’un fonds d’assurance chômage.

L’étude technique et financière relative à ce fonds est sur le point d’être parachevée, a-t-il révélé. Celui-ci consiste en un compte bancaire qui sera alimenté par les bailleurs, les employeurs et le budget de l’Etat, dans l’objectif d’accompagner et d’aider les agents licenciés pour des raisons économiques. Il s’agira également que de les faire bénéficier d’une couverture santé et d’allocations mensuelles durant deux ans sous condition d’un engagement actif de leur part dans leur recherche d’un nouvel emploi.

Ainsi, ce n’est pas un un fonds de chômage, à proprement dit  puisque les personnes à la recherche d’un emploi n’y seront pas intégrées, mais seulement celles qui ont été licenciées pour des raisons économiques et techniques.

« Le fonds d’assurance emploi, allégera le fardeau financier de la CNSS, qui s’est acquitté durant la période s’étalant entre 1982 et 2016 du versement d’environ 3 milliards de dinars aux agents licenciés pour des raisons économiques et techniques », a déclaré Madouri.

Madouri a souligné que le versement des pensions de cette catégorie d’agents, est à la base du déficit budgétaire enregistré par la CNSS, soulignant que le déficit constaté au niveau du régime des salariés, a atteint les 1,6 milliard de dinars en 2018, contre 976 millions de dinars en 2017.

Le responsable a dans cet ordre d’idée, fait référence à l’expérience allemande dans le domaine des licenciements pour des motifs économiques qui repose en premier lieu sur l’activation et l’impulsion du rôle des structures d’accompagnement et de réhabilitation professionnelle ainsi que dans la réintégration des licenciés sur le marché du travail.

Madouri a annoncé qu’un séminaire sera organisé avec la partie allemande pour s’inspirer de l’expérience germanique dans le domaine de prévoyance sociale concernant les agents licenciés pour des raisons économiques, notant que les recommandations qui en résulteront, seront prises en considération lors de l’élaboration du projet de loi en question.

Parmi les mécanismes qui permettront aux personnes licenciées pour des raisons économiques et techniques de réintégrer le marché du travail, figurent les fonds “Al Karama” et “Forsati”, qui mobilisent des centaines de millions de dinars pour réintégrer cette catégorie des demandeurs d’emploi sur le marché du travail, conclut Madouri.

Gnetnews

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie La Tunisie s’apprête à ouvrir un centre cultur