Assassinats politiques : Le comité de défense fait le point sur l’état d’avancement de l’enquête

05-02-2020

Le comité de défense des deux martyrs Chokri Belaid  et Mohamed Brahmi a fait le point ce ce mercredi 05 février 2020, lors d’une conférence de presse, sur l’état d’avancement dans les affaires des assassinats politiques et de la supposée « organisation secrète d’Ennahdha ».

Six ans après sa plainte, la Cour de cassation a « rendu justice » au comité, concernant 11 points, a déclaré Imen Gzara, membre du comité de la défense. La Cour a également accepté de réexaminer des données essentielles dans ces deux affaires…

Selon ses dires, « le ministère public a autorisé le mardi 31 décembre 2019, l’ouverture d’une enquête  impliquant 16 personnes parmi lesquelles figurent des membres du Groupe d’Ansar Al-Charia, des dirigeants du parti islamiste, comme Ridha Barouni membre du bureau exécutif  d’Ennahdha, et d’autres anciens sécuritaires accusés d’abus de pouvoir, d’atteinte à la sécurité de l’Etat, et d’obtention et d’exploitation des données personnelles sans autorisation ».

 L’avocate a rappelé « qu’une enquête était lancée le 17 octobre 2019 concernant le vol des documents dissimulés dans la « chambre noire » du  ministère de l’Intérieur ».

« Il y a eu également l’ouverture d’une troisième enquête, ce lundi 03 février 2020, au sujet du vol des procès-verbaux et de cédéroms appartenant à Ameur Belaaziz, accusé d’avoir caché des armes utilisés dans l’assassinat des deux victimes, Belaid et Brahmi ».

« L’enquête concernant la disparition de l’ordinateur d’Ahmed Rouissi, le premier suspect dans le meurtre de Chokri Belaid est désormais relancée ».

Les deux martyrs Chokri Belaid (secrétaire général du parti des patriotes démocrates)  a été assassiné le 06 février 2013,  et Mohamed Brahmi, (coordinateur général du mouvement du peuple) a été  assassiné le 25 juillet 2013.

Emna Bhira

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie Une partie du monde produit, et une autre consomme
Politique Politique Politique Tunisie : Kaïs Saïed et l’idée d’un