La HAICA publie son rapport sur le paysage audiovisuel tunisien

12-03-2019

La haute autorité indépendante de l’audiovisuel (HAICA) a organisé le mardi 12 mars 2019, une conférence de presse, autour du thème : « le paysage médiatique audiovisuel en Tunisie : les indicateurs et les significations ».

Dans un rapport sur la composition du paysage audiovisuel tunisien, l’instance régulatrice a révélé que selon les dernières statistiques, il existe 11 chaines de télévision, (publiques, privées et associatives), 40 radios en diffusion, (publiques, privées et associatives), soit un total de 51 médias en diffusion dans le cadre légal. Quinze radios émettent sur le grand Tunis, soit 37% du total des stations radiophoniques, alors que les radios régionales ont atteint le nombre de 25 stations, ce qui représente 63% de tout le paysage radiophonique.
Le rapport a révélé l’existence de deux télévisions qui exercent en dehors du cadre légal en l’occurrence Nesma TV et la chaîne Zitouna, et la radio du Saint Coran, al Quran al-Karim

Les médias confisqués par l’Etat sont Shems Fm et radio Zitouna, ils ne représentent que 4% du paysage médiatique. Le rapport compte 18% de médias associatifs, 53% de médias privés, tandis que les médias publics ne représentent que 25%.

Cas du remaniement ministériel partiel (2018)
La HAICA a publié trois rapports d’une étude menée sur le traitement médiatique des sujets politiques. Il s’agit de trois problématiques en particulier : le remaniement ministériel du 5 au 12 novembre 2018, la loi de finance du 1er novembre au 10 décembre 2018, et le sujet de la justice transitionnelle du 22 au 28 octobre 2018.

Selon l’instance, le sujet du remaniement ministériel, proposé par le chef du gouvernement Youssef Chahed, durant la période du 5 au 12 novembre 2018, a largement suscité l’intérêt des médias. Cette période a été marquée par un contexte politique compliqué, provoquant des dissensions entre partisans et opposants au remaniement.

La couverture médiatique des évènements liés au remaniement a duré 43 heures et 57 minutes et 46 secondes, de la date de l’annonce du remaniement partiel, jusqu’à l’investiture du gouvernement.
L’échantillon étudié concerne les chaines nationales 1 et 2, trois chaines de télévision privées ; El Hiwar Tounsi, Attessia et Nessma TV, en plus de la radio nationale et mosaïque FM.

La chaîne Nesma a consacré le temps d’antenne le plus élevé au remaniement, soit l’équivalent de 10 heures et 49 minutes. 82% des opinions des chroniqueurs, invités et reportages diffusés par la chaîne, s’opposent au remaniement.

Les chaines de télévision al-Wantaniya 1, Attasia et Elhiwar Ettounsi se sont distinguées par leur impartialité, en comparaison à Nessma qui a diffusé des propos négatifs et pas neutres, selon le rapport de la HAICA.
La chaine nationale 1, est la plus neutre, particulièrement au sujet du traitement médiatique du remaniement. Attassia a consacré 40 % de son contenu au remaniement, et s’est longuement attardée sur les désaccords entre le chef du gouvernement et le président de la république, et les ministres de Nidaa Tounes. 52% des intervenants sur Attessia, se sont prononcés contre le remaniement.

Les radios ont traité ce sujet, durant 15 heures, 40 minutes et 42 secondes. L’évaluation du contenu des programmes politiques à la radio a montré une impartialité dépassant 94% pour la radio nationale et 85% pour mosaïque FM.

Loi de finances 2019
L’étude de la HAICA au sujet de la loi de finances, a porté sur la couverture médiatique s’étant étalée du 1er novembre au 10 décembre 2018, c’est-à-dire de la date de la proposition du projet de loi à « la commission des finances, de la planification et du développement », au sein de l’ARP, jusqu’à la date de son adoption en plénière à l’Assemblée des représentants du peuple.

L’échantillon étudié, concerne 4 chaines de télévision ; al-Wataniya 1, Attessia, Elhiwar Ettounsi, et Nessma TV, en plus de 4 radios ; la radio nationale, express FM, mosaïque FM, et la radio régionale Tataouine.

La couverture médiatique des débats autour de la loi de finance, a duré 9 heures, 16 minutes et 35 secondes dans les chaines de télévision précitées, contre 12 heures, 13 minutes et 13 secondes, au niveau des radios, où 24 % uniquement de femmes sont intervenues pour en discuter.

Mosaïque FM, express FM, et radio Tataouine ont donné la parole à 158 intervenants et invités, dont 15 femmes et 143 hommes, ce qui montre explicitement que la présence des femmes dans les médias demeure faible, surtout lorsqu’il s’agit des débats politiques.

Justice transitionnelle
Depuis la mise en place de la loi organique 2013-53 du 24 décembre 2013, relative à l’instauration de la justice transitionnelle et à son organisation, il y a eu plusieurs controverses, notamment en octobre 2018, autour de la démarche de l’instance vérité et dignité, pour faire rejuger l’ancien ministre de l’intérieur Ahmed Friaa.

L’échantillon étudié par la HAICA s’étale sur la période du 22 au 28 octobre 2018, et concerne la chaine de télévision nationale 1, Elhiwar Ettounsi, et Attassia TV, mosaïque FM, shems FM, et la radio régionale Jawhara FM.

L’espace temporel total accordé aux débats du sujet de la justice transitionnelle a duré 6 heures, 24 minutes et 41 secondes, soit l’équivalent de 57% du temps accordé aux autres programmes de ces médias.
Attessia TV a dédié à ce sujet plus que 4 heures, contre 39 minutes et 16 secondes par la chaine Elhiwar Ettounsi.

Mosaique FM a traité ce sujet durant 2 heures et 33 minutes, shems FM détient la deuxième place, avec le record d’une heure, 48 minutes et 54 secondes. Quant à Jawhara FM, elle a attribué environ une demi-heure pour débattre de la question du jugement de Ahmed Friaa.

Les membres de l’instance Vérité et Dignité ont pris la parole dans ces médias, durant 13% seulement du temps total, pour répondre aux critiques au sujet des missions de l’instance. L’intervention de deux ministres sur le cas d’Ahmed Friaâ a représenté 11 %, et la prise de parole d’Ahmed Friaâ lui-même a été de 4 % du temps de parole. La société civile s’est exprimée à ce sujet pendant 4 % de la tranche horaire totale.

Emna Bhira