Les rumeurs et la violation de la vie privée strictement proscrites en Islam

21-05-2019

A l’ère des moyens de communication modernes et des réseaux sociaux, le phénomène de la rumeur prend une ampleur sans précédent. Les gens relaient tout et n’importe quoi sans vérification, ni authentification. Des affabulations, des informations mensongères, tronquées, et manipulées se propagent telle une traînée de poudre, portant préjudice aux personnes visées, à leurs familles, semant le trouble dans la société et envenimant le climat général…La vie privée d’autrui, devant être sacrée et inviolable, est étalée au grand jour ; des agissements fortement répréhensibles par la morale, que le Coran proscrit strictement.

« Ne dis pas et ne rapportes pas ce que tu ne sais pas », « n’accuses pas quelqu’un de ce que tu ignores et dont tu n’as pas la certitude », « ne te mêles pas de ce qui ne te concerne pas »…autant d’injonctions auxquelles le croyant devra se conformer pour préserver une certaine cohérence entre sa foi et ses actes. Dieu enjoint à ses serviteurs à éviter de tels agissements, comme le dit ce verset de la sourate al-Israa :

وَلَا تَقْفُ مَا لَيْسَ لَكَ بِهِ عِلْمٌ ۚ إِنَّ السَّمْعَ وَالْبَصَرَ وَالْفُؤَادَ كُلُّ أُولَٰئِكَ كَانَ عَنْهُ مَسْئُولًا
الاسراء 36

Allah ordonne à ses serviteurs de vérifier les nouvelles qui leur parviennent, afin de ne pas accuser les autres à tort, et de se morfondre après dans les regrets. Le croyant doit être circonspect, ne pas se précipiter à lancer des accusations, et vérifier la véracité des informations avant de se prononcer. A Fortiori si ces informations émanent d’un dévoyé, comme le dit ce verset de la sourate el-Hujurat :

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا إِن جَاءَكُمْ فَاسِقٌ بِنَبَإٍ فَتَبَيَّنُوا أَن تُصِيبُوا قَوْمًا بِجَهَالَةٍ فَتُصْبِحُوا عَلَىٰ مَا فَعَلْتُمْ نَادِمِينَ
الحجرات 6

La vie privée à une sacralité et devra être scrupuleusement respectée. Il est strictement banni en Islam de médire des autres, de les espionner, les épier, ou de fouiner dans leur vie privée :

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اجْتَنِبُوا كَثِيرًا مِّنَ الظَّنِّ إِنَّ بَعْضَ الظَّنِّ إِثْمٌ ۖ وَلَا تَجَسَّسُوا وَلَا يَغْتَب بَّعْضُكُم بَعْضًا ۚ أَيُحِبُّ أَحَدُكُمْ أَن يَأْكُلَ لَحْمَ أَخِيهِ مَيْتًا فَكَرِهْتُمُوهُ ۚ وَاتَّقُوا اللَّهَ ۚ إِنَّ اللَّهَ تَوَّابٌ رَّحِيمٌ
(الحجرات 12)

Le fait de relayer des propos inutiles, d’en parler, et de les raconter ne sert absolument à rien, et rentre dans le cadre des conversations oiseuses اللَّغْوِ, celles que le Coran appelle à éviter, car elles n’ont aucun intérêt :

قَدْ أَفْلَحَ الْمُؤْمِنُونَ ۝ الَّذِينَ هُمْ فِي صَلاتِهِمْ خَاشِعُونَ ۝ وَالَّذِينَ هُمْ عَنِ اللَّغْوِ مُعْرِضُونَ
المؤمنون:1-3

وَالَّذِينَ لَا يَشْهَدُونَ الزُّورَ وَإِذَا مَرُّوا بِاللَّغْوِ مَرُّوا كِرَامًا
الفرقان72

La Rédaction

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun