Le ministère de l’Education prévoit l’intégration des réseaux sociaux aux programmes scolaires (Vidéo)

22-11-2019

Lutter contre les dérives de l’internet et des réseaux sociaux à l’école. C’était le thème d’un séminaire de travail organisé par le ministère de l’Education ce vendredi à Tunis. L’objectif est d’intégrer les réseaux sociaux dans le programme scolaire afin d’apprendre aux élèves les bonnes pratiques de l’internet.

Professionnels des médias et des réseaux sociaux, corps enseignants et élèves se sont mis d’accord pour travailler ensemble afin de pouvoir intégrer les réseaux sociaux dans le programme scolaire.

Depuis l’avènement de l’Internet, les dérives liés à cet outil, devenu aujourd’hui incontournable,  ne cessent d’augmenter : cyber-harcèlement, sites internet qui incitent à la haine ou au terrorisme et même plus récemment des jeux qui ont mené certains enfants au suicide… une situation alarmante que le ministère de l’éducation à décidé de combattre.

Pour Hatem Ben Salem, ministre de l’Education , « cette journée d’étude à pour objectif de protéger nos enfants ». Il a fait notamment référence au danger que peuvent représenter les réseaux sociaux dans la vie des élèves. Il affirme que « ces dérives sont liées à la mauvaise utilisation d’Tnternet ». Le Ministre a notamment fustigé le réseau social Facebook qui selon lui est devenu « un vecteur de diffamation, de haine et de dérives en tout genre ».

A cet égard, le ministère de l’Education s’est engagé avec l’UNESCO à intégrer les réseaux sociaux dans le programme scolaire. Hatem Ben Salem a indiqué que ces cours seront dispensés sous forme d’ateliers et de discussions avec les élèves du primaire, du collège et du secondaire.

Présent lors de cette conférence M. Mustapha Cheick Zaouali, conseiller en éducation au ministère. Il affirme avoir réalisé une étude de terrain sur la relation entre les élèves et les réseaux sociaux. Cette étude a révélé que ceux-ci passent en moyenne 8 à 10 heures sur internet (la moyenne mondiale se situe à 8h). Un chiffre important qui pousse encore plus l’idée d’intégrer les réseaux sociaux dans les programmes scolaires. Lors de la réunion, une adolescente s’est plaint du décalage entre les programmes scolaires, qu’elle considère comme étant archaïques, et ce qu’elle apprend via le Net. Ainsi, M. Cheikh Zaouali estime « qu’il faut combler ce fossé en intégrant la notion d’éducation numérique ». Toujours selon lui, « il s’agit d’une révolution culturelle à laquelle le système éducatif doit s’adapter ».

Afin d’aller plus loin dans cette journée de travail, des élèves et lycéens ont été conviés afin qu’ils témoignent de leur relation avec les réseaux sociaux.

Nous avons rencontré Mélek et Ayoub. Ils ont à peine 15 ans et sont déjà accros aux réseaux sociaux.

Melek a même créé un site internet où elle partage des astuces beauté et bien-être. Pour elle, les réseaux sociaux lui permettent « de créer son propre avis ». Elle ajoute que c’est aussi pour elle un moyen « de mettre en valeur la jeunesse ».

De son côté, Ayoub se décrit comme étant « un créateur de contenu ». Il dispose de sa propre chaîne YouTube où il réalise des vidéos dans lesquelles il remet au goût du jour de vielles chansons. Mais selon lui, son utilisation des réseaux sociaux lui permet aussi de travailler à l’école. « Parfois nous utilisons Messenger pour communiquer avec nos professeurs. Nous pouvons leur demander des conseils ou leur transmettre des documents quand nous faisons des exposés par exemple ».

Utilisés à bon escient, Internet et les réseaux sociaux peuvent être une bonne chose pour le développement personnel des élèves. Leur démocratisation à travers le monde et leur utilisation presque inévitable ne laissent guère le choix à la nouvelle génération. Pour autant les dérives existent bel et bien…encore faut-il trouver la bonne formule pour s’en protéger.

Retrouvez en vidéo ci-dessus un reportage consacré à cette journée d’étude.

Wissal Ayadi

Lire aussi

National National National National Tunisie : Fakhfakh annonce un gouvernement restrei
Économie Économie Économie Le haut conseil tuniso-libyen des hommes d’a
Économie Économie Économie Économie Tunisie/ Agriculture Biologique : Un syndicat qui