Au marché de la Marsa, une offre abondante dominée par les primeurs

21-05-2019

Pour la troisième semaine du Ramadan, GnetNews a choisi de se rendre au marché de la Marsa, pour observer de près le coût des couffins ramadanesques des Tunisiens.

Malgré la campagne de contrôle économique, lancée par le ministère du Commerce, les tarifs des produits agricoles, de la viande et des poissons, varient d’un quartier à un autre.

Au marché de la Marsa, ce quartier huppé de la banlieue nord de Tunis, fréquenté surtout par les expatriés, et les étrangers, la viande et les légumes basiques ont maintenu leurs prix, soit 28dinars le kilogramme de viande d’agneau, et 2dt100 le kilo de tomate.

Le piment fort est à 1dt850, et le piment doux a atteint les 3dt400 le kilo. Les pommes de terre sont à 1dt400, les courgettes sont vendues à 1dt560, et l’aubergine à 3dt250.

« C’est les variétés de fruits, cultivés sous serre qui sont les plus chers. Les prix de ces produits en particulier ont marqué une forte envolée », nous a confié un marchand au marché de la Marsa. « Mais les consommateurs, n’hésitent pas à diversifier leurs achats, malgré la flambée des prix de quelques produits », ajoute-t-il.

« Certains fruits devraient être produits en automne, en hiver ou en été, ce qui explique leurs prix exorbitants, comme les amandes qui se vendent à 4dt200 le kilogramme, et les abricots et citrons, qui sont actuellement, à 5 dinars le kilo. Il s’en ajoute, les pêches dont la cueillette se fait en juin, et dont le prix s’élève à 6 dinars le kilo ».

Même les fruits de saison comme les fraises et les mûres, sont continuellement en hausse, ils se vendent à 7dt500 le kilogramme, et les nèfles sont à 3dt500. Seuls les prix des oranges demeurent plus ou moins accessibles, leurs tarifs varient entre 2dt500 le (Sakasli), et 1dt760 le kilo le (maltais), ainsi que les cerises dont le prix est à 28dt000 le kilo.

S’agissant des poissons, les merlans sont les moins chers, ils sont à 20 dinars, et la lotte se vend à 14dt800. Quant aux fruits de mer, ils ont affiché les tarifs les plus hauts, soit 29dt860 le kilogramme de poulpe, le kilo de seiche est à 48dt600, le prix des crevettes s’élève à 39dt800, et la sole a atteint les 46dt800 par kilo.

« Cette hausse des tarifs de poisson revient en premier, à l’absence du contrôle économique dans les marchés de gros. Ce sont les intermédiaires qui nous conduisent à afficher ces prix, inaccessibles parfois pour les citoyens à petits budgets », a déploré un poissonnier au marché de la Marsa.

Reportage réalisé par Emna Bhira et Wissal Ayadi

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun