Tentative de putsch à l’Assemblée : Abdelfattah Mourou relate les faits du jeudi 27 Juin

02-07-2019

Le vice-président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Abdelfattah Mourou, a exclu hier soir tout ce qui se dit sur la tentative de putsch contre le chef du perchoir, Mohamed Ennaceur, qui se serait produite jeudi 27 Juin 2019.

Mourou a relaté les faits sur la chaîne Attassiaâ, signalant que « les nouvelles sur les attentats, puis sur la maladie du président ont suscité l’inquiétude des députés ». Il a ajouté que « des élus de différents blocs parlementaires (Front populaire, courant démocratique, Nidaa Tounes, Ennahdha, Tahya Tounes…) venaient le voir dans son bureau, et des voix se sont exprimées pour dire, que l’assemblée devait être présente, ce jour-là, dans le paysage politique tunisien ».

Il a indiqué avoir appelé les ministres de l’Intérieur et de la Défense « pour me rassurer sur la situation sécuritaire dans le pays et j’en ai informé mes collègues ». « A 13 h 07 minutes, j’ai appelé le président de l’Assemblée je lui ai dit qu’il y a une inquiétude chez les députés, nous souhaitons que tu sois présent, ta présence nous rassure ».

« Le président est arrivé et m’a appelé à la réunion (du bureau de l’assemblée), il n’a été question ni de comité médical, ni de remplacement du président », a-t-il affirmé, estimant que « la seule personne qui a fait propager ces informations et dit avoir des preuves est Lotfi Laâmari, et ceux qui l’on relayé n’étaient pas présents. J’étais surpris par cette histoire, on dirait que l’on parlait d’une autre assemblée et d’un autre parlement ».

Le président du groupe de la coalition nationale à l’Assemblée, Mustapha Ben Ahmed, a exclu aussi ces informations, attestant de l’impossibilité d’une telle histoire, de par la loi.

La destitution du président de l’Assemblée nécessité au préalable qu’une motion soit signée par 109 députés, ainsi que la convocation d’une plénière, ce que ne fût pas le cas, a-t-il déclaré en substance sur el-Hiwar Ettounsi.

Gnet

Lire aussi

Économie Économie Économie Économie 8ans après le 14 janvier, les cinq maux de la Tun